2016 – ORPHÉE AUX ENFERS

2016 – ORPHÉE AUX ENFERS

L’histoire

C’est le mythe d’Orphée à l’envers. Eurydice déteste la musique de son époux et batifole avec un berger. Orphée s’intéresse aux nymphes et se réjouit d’apprendre la «mort» de son épouse enlevée par Pluton. Mais l’Opinion publique s’en mêle et contraint Orphée à réclamer justice auprès de Jupiter. L’enquête entraîne tout l’Olympe aux Enfers.

L’œuvre

Les faits

Avec Orphée aux Enfers, Offenbach goûte pour la première fois aux joies de la liberté de créer. Enfin il peut sortir des contraintes imposées par les lois qui régissent la production de spectacles. La durée du spectacle, le nombre de scènes, d’actes, d’instruments, de personnages, la possibilité d’avoir un chœur et donc une vraie troupe, offrent au compositeur les moyens d’exprimer son véritable talent.

Le public ne va pas s’y tromper et, passé l’étonnement dû à la nouveauté de la forme, du traitement irrévérencieux d’une matière et d’une thématique considérée intouchable, il va réserver un triomphe à son compositeur. Deux cent vingt-sept représentations seront données d’affilée, ce qui renfloue les caisses d’un théâtre sans cesse au bord de la faillite.

Cet Orphée passe vite les frontières et finit par incarner l’esprit français, irrespectueux, sarcastique, gouailleur et qu’Offenbach tient toujours dans les limites de cette bienséance teintée d’une pointe de finesse. Après avoir donné aux dieux une vie humaine dans ce qu’elle a de plus trivial, après s’être moqué du genre en composant des pages hilarantes de bisous et de bzzz bzzz, il offre – comme à son habitude – un portrait caustique de la société de son temps.

En 1874, après avoir obtenu la direction du Théâtre de la Gaîté, Offenbach propose une version augmentée de son Orphée aux Enfers qui se présente maintenant sous forme d’«opéra féérie» en quatre actes et douze tableaux. Dans cette version qui dure deux fois plus de temps, apparaissent vingt nouveaux rôles, quatre-vingts danseurs, cent choristes et un orchestre de plus de cent musiciens.

Le nouveau format plaît tellement au public qu’il permet à l’œuvre d’arriver à sa millième représentation en 1878.

Nous proposons ici une version qui mêle les deux versions originales.