Depuis 12 ans, Folies lyriques propose à travers Folies d’O une programmation d’opérettes, opéras comiques, et comédies musicales en plein air dans l’Amphithéâtre du domaine d’O à Montpellier et se fixe comme objectif de s’adresser à tous les publics.

Après le succès des douze premières éditions qui ont rassemblé chacune près de 5000 spectateurs (La Belle Hélène en 2007, La Belle de Cadix en 2008, La Grande Duchesse de Gérolstein en 2009, La Vie parisienne en 2010, La Veuve joyeuse en 2011, L’Elixir d’amour en 2012, West Side Story en 2013, Cabaret en 2014, La Périchole en 2015, Orphée aux Enfers en 2016, La Chauve-souris en 2017, La Fille du régiment en 2018) Folies Lyriques présentent à l’occasion des 200 ans d’Offenbach Les Folies d’Offenbach.

C’est une évidence : il y a un bonheur aux spectacles de plein air que les salles les mieux pourvues ne peuvent procurer. Tant pis si les martinets qui se couchent crient un peu trop fort, tant pis si passe parfois un avion intempestif : une belle nuit d’été, une scène où l’on chante, un orchestre qui boulonne ses partitions à coups de pince à linge contre une brise espiègle, tout est mystérieuse et plaisante alchimie pour qui sait se laisser emporter.

Folies d’O, dès ses débuts, a d’abord voulu cela : offrir aux spectateurs quelques songes de nuits d’été. Pour ce faire, il y avait d’abord l’amphithéâtre d’O, un des rares, très rares théâtres de plein air modernes à offrir une fosse à un orchestre. Le répertoire était là lui aussi, il suffisait de s’y pencher. Car des opéras dits comiques, des opérettes, des comédies musicales qui ont fait chanter des générations de banquets familiaux, que joue-t-on encore ? Quelques Offenbach, bien sûr. Quelques viennoiseries. Quelques réminiscences de Francis Lopez. Bien peu, si peu…

Alors Folies lyriques a choisi de plonger dans cette foule considérable d’œuvres souvent à demi oubliées, d’airs, de duos, de chœurs dont ne subsistent que quelques échos dans les mémoires. Opérette, opéra léger, comédie musicale : qu’importe le nom qu’on leur donne, il y a mille musiques à faire revivre. Et à faire revivre sous les étoiles de l’amphithéâtre d’O.